C’est quoi l’histoire du cocktail toxique dans mes cosmétiques ?

Ben oui, c’est quoi cette histoire-là ? Je pensais qu’en 2010, quand la Fondation David Suzuki avait sorti son rapport sur les “dirty dozen” les choses allaient changer ou du moins la constitution des cosmétiques allait changer.. Mais non, il parait qu’en 2019 on est encore là, presque 10 ans plus tard.

 

Les “dirty dozen” c’est quoi ?

C’est une liste des 12 ingrédients à éviter dans nos produits cosmétiques et d’hygiène personnelle puisqu’ils peuvent avoir des conséquences sur nos systèmes hormonaux et reproducteurs ou même être cancérigènes.

Lorsqu’on lit la liste des ingrédients des produits d’hygiène commerciaux, c’est aberrant de voir une liste sans fin, avec beaucoup d’ingrédients faisant partie de ceux à éviter. Je vous suggère fortement d’aller jeter un coup d’oeil, ça vaut le détour et même si le rapport date de 2010, vous n’avez qu’à regarder les ingrédients de vos cosmétiques pour vous rendre compte que c’est toujours d’actualité. Il est donc important de bien choisir les produits qu’on utilise, puisque notre santé est en jeu même en se mettant de la crème sur le visage.

Je ne sais pas vous, mais moi ça me fait flipper !

 

Et l’environnement dans tout ça, c’est quoi le rapport ?

D’abord, il ne faut pas oublier qu’en choisissant des produits avec des ingrédients plus sains pour notre santé, c’est bon pour les écosystèmes. On a tous déjà entendu la célèbre phrase “rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme” (Lavoisier, 1789). De ce fait, il faut penser que ces ingrédients vont polluer la biosphère (eaux, airs, sols), mais aussi nuire à la biodiversité (animaux, végétaux, micro-organismes). Ces ingrédients peuvent aussi jouer sur les systèmes hormonaux et reproducteurs des animaux, ce qui a d’importantes conséquences sur leurs écosystèmes.

À date c’est assez gagnant de bien choisir ses cosmétiques, alors pourquoi les gens ne le font-ils pas davantage ? Il y a plusieurs raisons, manque d’informations, d’accessibilité, de temps et j’en passe. Par contre, j’ose croire que si vous êtes en train de lire ces lignes, c’est parce que ça vous trouble vous aussi ! Hourra ! S’informer, c’est le premier pas, alors félicitations et continuez !!

 

Et les lois, elles sont inexistantes ?

Vous vous demandez sans doute pourquoi certains ingrédients si nocifs ne sont pas davantage contrôlés. Les raisons sont plutôt simples malheureusement.

Premièrement, il y a les lobbies qui font pression sur les gouvernements pour ne pas renforcer les règlements en vigueur et leur imposer des changements (parce qu’ils leur rapportent de l’argent, et que ça leur en couterait énormément, bref).

Puis, pour renforcer les règlements, il faut des seuils à respecter et même s’il y a plus d’études aujourd’hui sur ces ingrédients, la réalité est qu’ils n’ont pas beaucoup d’études sur le long terme (puisque ça ne fait pas 200 ans que ces ingrédients sont commercialisés) et c’est difficile de vraiment savoir si tel ingrédient a causé telle affaire puisqu’ils sont rarement seuls dans la composition des produits. Ils n’ont peut-être pas suffisamment d’études, ou de résultats similaires ou peut-être qu’à petites doses ces ingrédients sont inoffensifs.

Le problème c’est quand on additionne toutes les petites doses auxquelles nous sommes en contact quotidiennement et au fil des ans, c’est là où on ne connait pas les effets du cocktail à long terme. C’est aussi ce qui rend difficile pour l’État de légiférer.

Est-ce que c’est une raison suffisante de ne pas le faire ? À mon avis, non, mais il faut croire que la politique ce n’est pas aussi simple !

 

D’ici là, je vous suggère de porter attention aux 12 ingrédients à éviter (page 10 et 11 du rapport).

PS : Aucun ingrédient dangereux n’est présent dans les produits sur la boutique.