Pourquoi je fais une syncope avec le coton NON biologique !

 

Vous l’aurez peut-être remarqué, il n’y a pas tous les produits écolos qu’on retrouve sur le marché, sur ma boutique. Une des principales raisons est souvent que ces produits contiennent du coton traditionnel qui n’est pas bio et je ne veux pas contribuer à cela.

Pour ce qui est du coton, préparez-vous à être choqué, personnellement je l’ai été de connaitre les chiffres, mais encore plus de ne jamais avoir su tout ça ou d’en avoir entendu parler auparavant. Bonne lecture !

 

LA PRODUCTION

La production de coton traditionnel (non biologique) est néfaste pour l’environnement sur plusieurs aspects. Il faut savoir que la culture globale du coton recouvre 2,4% des surfaces cultivées pour 25% des pesticides utilisés dans le monde entier, ce qui est énorme.

L’Inde représente le pays ayant le plus de terres consacrées à la culture du coton (plus de 8,3 millions d’hectares) et investit 344 millions de dollars US annuellement en pesticides uniquement pour le coton, ce qui correspond à 55% de leur budget en pesticides pour seulement 5% des terres cultivées en coton.

 

L’EAU NÉCESSAIRE

Ensuite, la consommation moyenne d’eau utilisée pour faire pousser le coton est de 10 000 litres pour produire un kilogramme, c’est donc la fibre textile qui demande le plus d’eau.

À titre comparatif, avec le chanvre qui est un textile qui tend à être connu davantage, la consommation d’eau est de 2 719 litres pour produire un kilogramme, ce qui est moins que le tiers comparé au coton, puis pour le lin c’est 3 783 litres pour produire un kilogramme.

Il faut également savoir que le chanvre ne requiert aucun pesticide, ce qui est très intéressant d’un point de vue écologique. La raison pour laquelle cette plante n’est pas plus cultivée encore, c’est parce qu’elle est de la même espèce que le cannabis et est souvent interdite sauf si elle est industrielle.

 

LA TRANSFORMATION

Puis, les usines de transformations avec les teintures et blanchiments effectués sont également très demandants en ressources polluantes. Le traitement des eaux utilisées est peu souvent fait dans les régions où elles sont faites et les installations de contrôle de la qualité sont souvent manquantes, ce qui fait que l’eau est contaminée. Ainsi, les cultures de coton et la production de fibres engendrent beaucoup de problèmes de santé, surtout chez les travailleurs, donc l’intoxication et même la mort.

 

LE TRANSPORT

Il ne faut pas oublier cette partie, il y a beaucoup de transport entre chaque étape avant même que les tissus soient exportés pour être vendus. On sait d’ailleurs que les transports et surtout ceux routiers sont dans les secteurs d’activités les plus polluants en matière de gaz à effet de serre à l’échelle planétaire.

 

LES MEILLEURES OPTIONS

Ainsi, il est avantageux d’avoir recours au coton biologique, encore plus au chanvre, puisque c’est une plante qui nécessite très peu de ressources. En effet, cette dernière n’a besoin d’aucun engrais ni traitement chimique. De plus, c’est une plante qui pousse rapidement (maturité en 120 jours) et facile d’entretien.

Le choix numéro un est d’utiliser des tissus que vous n’utilisez plus à la maison pour la confection de vos articles, sinon de choisir des tissus recyclés lorsque possible.

Et surtout n’oubliez pas, l’important c’est de faire de son mieux !